Inscrivez-vous sur Rankinghero pour suivre zebezt. Partager :
zebezt

Et vous alors ?

Rejoignez RankingHero pour découvrir votre HeroScore !

zebezt

est un disciple du poker, un joueur reconnu et un contributeur formidable

Score Poker : 16 370

Popularité : 48 926

Contribution : 74 985

140 281
Distinctions
13
Fan de déguisements
9
Marathonien
9
Passionné
8
Encyclopédie du Poker
8
Sur son trente et un
À propos de zebezt

Jobs & Achievements

Votes

Invité sur Club Poker Radio.,
en Nov. 2016
2
Victoire du tournoi live "Challenge Finale de C...,
en Mai 2016
4
Vainqueur de la PSG Poker Ligue 2014-2015 sur P...,
Août 2014 à Mai 2015
10
Vainqueur de la promotion SI TU VAS A RIO sur P...,
en Avril 2014
9
Participation à l'émission Bwin Xpokertour - ép...,
en Nov. 2013
7
Participation à l'émission Bwin Xpokertour - ép...,
en Sept. 2013
7
blog FREDYL A LA CONQUETE DU POKER,
en Févr. 2013
10

Dernières performances

Activité Online
Room OnlineStatusNiveau et Jeu
60 XP (niv. 1)
2 014 948 XP (niv. 17)


Comparer à d'autres joueurs :

Les plus gros cashes de zebezt

$5 150

4 600€

Place : 8 / 401
€570 NLHE - Main Event
sept. 11, 2015
Tournoi Résultats
NLH BPT DEEPSTACK MAIN EVENT
2014 Barrière Poker Tour - Toulouse
Casino Barrière de Toulouse
juin 6, 2014

$4 642

3 415€

11

$615 NLHE Winamax Poker Tour Grand Final
Winamax Poker Tour 2015
Cercle Clichy Montmartre
févr. 26, 2015

$1 120

161 / 1306

Dernières performances online

Historique d'activités
zebezt a aimé le post de sosstef
11 nov. 2017
zebezt a aimé le post de Emmanuel Rouckert-Pereira
6 sept. 2017
zebezt a aimé le post de Fab_de_Mars
6 sept. 2017
zebezt a aimé le post de Fab_de_Mars
22 mai 2017
zebezt a aimé le post de Cyril Venegoni
12 avril 2017
zebezt a commenté le post de Fab_de_Mars
22 mai 2017
zebezt a commenté le post de Fab_de_Mars
9 janv. 2017
zebezt a commenté le post de SDPC
9 janv. 2017
zebezt a commenté le post de Stephane Lefevre
19 déc. 2016
zebezt a commenté le post de Christophe Kissel
26 nov. 2016
Derniers profils suivis

 DANS LA TÊTE D'UN HYPOTHERMIQUE :

 

Lorsque mon train s'est arrêté en gare de Toulouse ce vendredi 10 juin en début d'après-midi, quelques gouttes de pluie commençaient à tomber... et c'est sous un véritable déluge que j'ai effectué les derniers cent mètres me séparant de mon hôtel. Le day 1 du BPT Toulouse ne commençant qu'à 19h, j'ai naïvement cru qu'il me suffirait de patienter un peu pour m'y rendre une fois l'averse terminée. Las ! La pluie n'a pas cessé de tomber jusqu'au soir : impossible de passer au travers des gouttes. Et pas de parapluie. Grrr.

 

Le casino Barrière de Toulouse étant quelque peu excentré, la station de métro la plus proche exige de finir le trajet avec une dizaine de minutes de marche en longeant la Garonne. C'est donc encore à moitié ruisselant de pluie que je me suis assis à ma table. J'avais certes pris un polo de rechange dans mon sac. Mais impossible de faire de même avec mes chaussettes et mon pantalon.

 

50 000 jetons devant moi et plein d'espoir. Je crois bien que jamais je ne m'étais assis à une table avec autant de joueurs à la technique aussi rudimentaire. De quoi s'en pourlécher les babines. Du moins en temps normal. Car j'ai fait un début d'hypothermie pendant les trois premières heures de jeu : doigts engourdis, frissons, débuts de tremblements, et même un mal de crâne pour couronner le tout. Je me suis mis provisoirement en mode « serrure » le temps que mes neurones se reconnectent. Mais pour corser encore l'affaire, lorsque j'avais du jeu, je me suis retrouvé englué dans des pots à 4 ou 5 joueurs avec des flops compliqués.

 

Les équipes du Casino Barrière avaient décidé de consacrer la moitié des écrans disponibles à la retransmission du match France-Roumanie. Lorsqu'au bout du suspense l'équipe de France de Football a fini par remporter son match d'ouverture de l'Euro contre la Roumanie, ma table a fini par casser. Quel sentiment de gâchis... si je n'avais pas fait mon malaise, je serais sorti autrement plus à mon avantage de cette table de rêve.

 

j'ai les pieds mouillés

Mon malaise s'est quelque peu atténué lorsque je me suis assis à ma seconde table et que mon pantalon a commencé à sécher. Cette fois-ci le niveau était hétérogène, avec quelques vrais bons joueurs - tel Nicolas le Floch à ma droite - mais aussi des joueurs prisonniers de leur ego capables de faire des moves que je qualifierai de jordanesques (all in post flop overpot avec tirage air). J'ai su tirer mon épingle du jeu en laissant passer la tempête, tant et si bien qu'à la fin de ce day 1A j'etais bien positionné au classement malgré tout. Retour à l'hôtel à 4h du matin, toujours avec les pieds mouillés et complètement dépité de n'avoir pas pu jouer dans de meilleures conditions.

 

Le samedi, la météo a été plus clémente, et j'ai pu sortir dans l'après-midi me promener dans les parcs toulousains avant de me rendre au day 2, qui débutait sur les coups de 21 heures. Nous étions 160 survivants pour 342 inscriptions. J'espérais bien entendu faire partie des 44 joueurs à atteindre les places payées. Pour être honnête, j'espérais même beaucoup mieux.

 

Une fois assis à ma table, je me suis retrouvé englué dans une phase statique : très peu de jeu pour ma part, pas mal de transferts de jetons entre les joueurs les plus actifs, mais très peu de sortants au final. Tant et si bien que la structure a fini par nous rattraper, lentement mais sûrement. Le seul gros pot que j'ai disputé, je l'ai perdu par manque de punch : je n'ai pas eu le courage de placer un 3e barrel bluff avec AK face à un joueur hyper aggro et sticky, et suis passé sous la moyenne alors que nous n'étions plus que 80 joueurs en lice. A partir de ce moment-là, ma survie dans le tournoi a été rendue aléatoire. Lorsqu'une opportunité de remonter au niveau de la ligne de flottaison se présenta à moi à 56 joueurs restants quinze minutes avant la fin du day 2, mon élan fut stoppé net par une premium en face.

c'est quand le bonheur ?

Au final, je termine ce BPT avec moult regrets : mon day 2 aura été chiche en bonne mains, et les jetons faciles d'accès du day 1 que je n'ai pas su amasser du fait de mon malaise m'ont fait défaut au moment de franchir le cap des places payées.

 

La prochaine fois, je scruterai la météo avec davantage d'attention. Et je prendrai un parapluie dans mon arsenal. En bon chanteur du dimanche, j'aurais pourtant dû anticiper la pluie...

 

#BPTToulouse  #casinobarrieretoulouse  #BarrierePokerTour #unparapluiepourzebezt #chaussettesmouilleesFTL      #singingintherain

 

Très bon récit ! Malgré le manque de perf'. J'espère que tu n'es pas revenu malade de ce périple.

Merci pour le récit sympa zebezt :))) Et oui, comme Rémi demande - comment vas-tu ? En pleine forme j'espère

La prochaine, ce sera mon tour : je vous raconterai ma TF !

On dirait qu'il y a comme un bug rendant l'accès au site difficile. Et personne pour réparer le crash.

 

Effet vacances ?

Manque de réussite au Winamax Club Trophy qui se déroulait à l'hôtel Pullman Paris Bercy ce week-end. J'ai fini dans le ventre mou du classement tant au Main Event de samedi qu'au tournoi Turbo de rattrapage du dimanche.

Voici une petite situation cocasse vécue en cash game il y a quelques jours à peine : jeter volontairement une main gagnante. Ca m'a donné à réfléchir et j'en ai fait un petit article que voici.
 
 
PREFLOP : Je suis à une table de cash game micro-limites et je suis muni d'une belle main de départ : AS-DAME. J'ai 250 blindes en stock, en bataille de blindes contre un adversaire ultra-profond qui dispose de 300 blindes. Il limp le coup, et je décide d'effectuer une petite relance. Le pot au flop fait donc 6 blindes. 
 
FLOP : Suite à un flop ultra favorable proposant un premier AS, puis un second AS et ensuite une carte quelconque (un SEPT), j'effectue une petite mise de continuation, que mon adversaire paie sans broncher. Le pot fait à ce moment-là 10 blindes. 
 
TURN : A la turn, une DAME apparait, m'offrant un merveilleux full. J'effectue une petite mise de 4 nouvelles blindes, payées par mon adversaire. Le pot fait 18 blindes. 
 
RIVER : la cinquième et dernière carte est... une nouvelle DAME. A ce moment-là, mon adversaire fait tapis pour 300 blindes (soit plus de quinze fois le montant du pot !!!). Avec cette DAME à la river, n'importe quel AS en main lui donne de ce fait un full de valeur équivalente au mien. Si je paye la mise adverse et accepte de mettre mes 250 blindes sur la table, il y a plus de 99 % de chances que le pot soit ainsi divisé en deux parts égales... mais mon calcul doit tenir compte du rake (la commission prélevée par l'opérateur sur le pot étant de 6.5%). 
 
DECISION : Sachant que ledit rake pour un pot de 500 blindes serait de 32 blindes, effectuer le call ici m'appauvrirait au final de 16 blindes tandis qu'en renonçant volontairement au pot je n'en perdrais que 9 ! C'est la raison pour laquelle je me suis résolu à jeter cette main, pourtant gagnante, sans l'ombre d'un remord. J'aurais perdu davantage en partageant le pot plutôt qu'en abandonnant le coup. C'est paradoxal mais c'est comme ça ! Mon adversaire était un joueur peu au fait de la notion de rake, sinon il se serait bien évidemment abstenu de commettre pareille fantaisie erreur mathématique en faisant tapis de la sorte.
 
MORALITE : Faire tapis à la river pour un montant indécent déconnecté de la taille réelle du pot alors que les chances pour que ledit pot soit au final partagé constitue une hérésie mathématique à une table de cash game. A bannir absolument. Le but en cash game n'est pas de générer du rake gratuit mais bien du profit exclusif. Dans un tel cas de figure, une relance calibrée raisonnablement est la seule alternative mathématique acceptable.
 
 
 
Autre cas de figure théoriquement possible : en tournoi (ou en sit and go) :
 
A bien y réfléchir, en tournoi, je ne vois qu'un seul autre cas de figure où il peut s'avérer profitable de jeter en toute connaissance de cause la main gagnante à la river sur un pot conséquent. Et encore, je ne suis pas persuadé que ce second cas de figure soit moralement acceptable. 
 
Il s'agirait de jeter la main gagnante à l'entame d'un palier de paiements, alors qu'on a une emprise sur la table et que l'on assèche de façon homogène l'ensemble des tapis de ses adversaires en raison d'une situation bancale selon laquelle aucun de ses adversaires ne souhaite prendre de risque afin de ne pas être le prochain sortant. Lorsque de tels cas de figure surviennent, il est très intéressant pour le cheap leader de la table de continuer à ponctionner ses adversaires. L'élimination du prochain joueur à la table risquant de rompre cette situation de fait où le racket de l'ensemble des joueurs de la table est tacitement autorisé, un cheap leader extrêmement rusé et aguerri pourra ainsi volontairement jeter une main gagnante afin de ne pas éliminer prématurément l'un de ses adversaires, de telle sorte que l'équilibre précaire à la table puisse continuer à lui profiter dans la durée : mieux vaut parfois ponctionner régulièrement des sources de profit dociles que d'en confisquer une autoritairement.
 
 
Conclusion :
 
Jeter en toute connaissance de cause la main gagnante à la river ne constitue donc pas toujours une bourde imputable à un mauvais clic. Ni même un cas de collusion. Mais c'est néanmoins un cas de figure rarissime assez amusant à raconter... Quant à le vivre, c'est autre chose ! Le fait que les opérateurs de poker prélèvent du rake sur un pot splitté en cash game me parait une pratique inéquitable à bien des égards... mais l'Etat français ne se gênant pas pour imposer sa dîme exorbitante de 2% sur chaque centime misé, on comprendra que les opérateurs de poker en ligne rechignent à faire le moindre effort en la matière. Car in fine, les joueurs sont toujours les dindons de la farce.
 

Je sature carrément lorsque je lis des coverages de tournois live et que je vois de façon continuelle les pros qui se font éliminer et que l'on retrouve le lendemain de nouveau d'attaque. Le reentry tue l'esprit d'égalité du poker à petits feux et mine le moral des joueurs récréatifs et occasionnels.

Je suis sidéré qu'aussi peu de monde prenne conscience de la nocivité de telles pratiques pour l'écosystème et pondrai prochainement une analyse détaillée sur cette situation qui nuit à l'équité.

d'accord avec toi moi non plus je n'aime pas les tournois avec reentry mais ca vaut aussi sur le cash game c'est tjrs le plus riche qui gagne il peut recaver comme il en a envie et il fera all in a chaque fois et ce sera souvent lui qui recuperera les jetons mais bon ca reste mon avis personnel il ne faut pas en tirer une quelconque conclusion ca reste aleatoire !

J'suis pas fan non plus, je veux bien voir ton analyse détaillé ! ^^

Bonne année 2017 à tous les fans de poker ! Que la chance soit au rendez-vous...

 merci toi aussi

idem 

Bonne nouvelle : Les variantes poker sont désormais disponibles sur Winamax, seulement en cash game pour le moment. Un petit pas pour le poker online dans la bonne direction !

#BPTToulouse 

Malgré la forte odeur de poisson qui règne dans la salle, vous vous êtes hissés jusqu’à la bulle de la Table Finale de ce BPT, avec 100 blindes devant vous !

À votre gauche, @Patrik Antonius, autorisé pour l’occasion à se mettre torse nu, possède 80 blindes. En tant que Finlandais et donc grand fan de poisson de haute mer, il a en effet demandé l’extradition pour s’installer dans l’hexagone dès qu’il a eu vent de la nouvelle loi.

À votre droite, @Liv Boeree, autorisée à se mettre en maillot de bain, possède 140 blindes. En tant qu’Anglaise, et donc génétiquement encline à apprécier les nourritures les plus infâmes, a elle aussi décider de venir s’installer en France.

En face de vous, @Pedro Canali, à qui on a demandé de conserver tous ses vêtements, possède 17 blindes. Il commence à pas mal suer et semble avoir la nausée à cause de l’odeur ambiante.

__________________________________________________

 

 DANS LA TÊTE D'UN CHANTEUR DU DIMANCHE :

 

Nous voici à Toulouse. Il fait chaud. Je suis de grosse blinde et j'ai A♥A♦ et de la profondeur. Voilà une affaire bien engagée à la bulle de la table finale de cette étape du Barrière Poker Tour. Pour le moment, je vois la vie en rose.

 

Premier de parole, PATRIK ANTONIUS avance 2 blindes, l'air détendu. Mais PEDRO CANALI ne s'en laisse pas compter et le surrelance, et en pose 4. Un russe du nom d'ANATOLY KARPETS, connu pour ses folds de légende, se résoud à passer non sans avoir tergiversé. LIV BOEREE qui est de petite blinde hésite un instant, puis décide de call.

 

Je décide de surenchérir en posant 8 blindes sur la table et pas une de plus. Je veux jouer sur un probable effet de levier d'un PEDRO CANALI faisant tapis avec ses 17 blindes lorsque la parole lui reviendra. Il a vraisemblablement un gros jeu, sinon il n'aurait pas surrelancé avec aussi peu de profondeur.

 

PATRIK ANTONIUS fronce un sourcil. Il prend une pile de jetons, prêt à effectuer un squeeze-5bet, mais se ravise, et décide simplement de call. Comme prévu, PEDRO CANALI fait tapis. Je jubile intérieurement. LIV BOEREE call. Elle se met alors à fredonner « Call me anytime », de Blondie. Elle s'attend à ce que PATRIK ANTONIUS et moi en fassions de même pour maximiser les chances de sortir le short de la table, qui est paradoxalement toujours en pantalon.

 

 

Mais LIV BOEREE va vite déchanter lorsqu'elle va m'entendre crier « Aline » tandis que je pousse tous mes jetons au milieu, aussitôt imité par PATRIK ANTONIUS... Ce coup est décidément fou ! LIV se résoud à faire le point sur la situation et en conclut que nous sommes tous trois assommés par la chaleur. Elle se rassure en pensant qu'elle est la plus lucide de nous tous, puisque la plus dévêtue. En conséquence de cette brillante démonstration de logique féminine, LIV annonce sereinement : « call ».

 

 

4 joueurs à tapis !! Un brouhaha retentit : tous se massent autour de notre table avec ce pot à 300 blindes !

 

Toute émoustillée, LIV abat aussitôt ses deux Q♠Q♣ : « je vais vous apprendre le B-ABBA du poker : à la bulle, je vous strike avec ma premium » Elle se met alors à frétiller et à chanter « Dancing Queen ». Le public applaudit !

 

 

Mais voilà que sans même me prêter attention, PATRIK ANTONIUS claque deux K♠K♣ sur la table avec un rire sardonique, voire carrément sardinique. Le public s'agglutine encore davantage autour de la table. Moitié excédé par cette foule compacte, moitié euphorique, PATRIK ANTONIUS se dresse debout sur la table, et déclare : « ici en France, vous avez un autre Patrick exceptionnel... un chanteur de légende ». Et il fredonne en claquant des mains « Ah qu'est-ce qu'on est serré au fond de cette boîte, Chantent les sardines, chantent les sardines ». La foule exulte et reprend en cœur la légendaire chanson de Patrick Sébastien.

 

 

Mais les chanteurs du dimanche cessent leur sarabande lorsqu'ils aperçoivent enfin mes A♥A♦ délicatement posés sur la table. Et c'est dans un silence de cathédrale que j'entonne alors le tube de a-ha «Hunting high and low ». Je savoure les premières paroles : « Here i am... and within the reach of my hands... ».

 

 

Enfin, de son côté, PEDRO CANALI ne peut pas faire mieux que de montrer A♣K♥. Mais sans pour autant se départir de sa bonne humeur, il chantonne quand même Walk The Dinosaur et son refrain à jamais entré dans l'histoire : « Boom boom AK lacka lacka boom ». Il a déjà réalisé que son stack est voué à une extinction massive. Le croupier hoche d'ailleurs la tête d'un air compatissant : « ça risque vraiment de faire BOOM, là » !

 

 

 

FLOP :

Q♥10♠10♣

 

Full floppé pour LIV BOEREE ! Cette dernière éclate de rire et se tourne vers moi : « T'es qu'un ringard avec ton A-Ah, d'ailleurs le  hunting high and low , tu aurais dû te le garder pour du omaha. Tu es carrément hors-sujet, ZEBEZT ».

 

LIV se met alors à frétiller et entonne : « Les sirènes du port de LivBoereeeeeee... chantent encore la même mélodie. Wow wow wow... ». Elle ondule de plus belle.

 

 

C'est alors qu'ANATOLY KARPETS  prend la parole : « voilà pourquoi moi ici avoir fold A♠K♦ préflop. Joueurs russes connaissent malédiction Anna Kournikova : ne gagne jamais les coups importants ». Se sachant drawing dead, PATRIK se lève de son siège, bombe son torse musclé et déclare solennement : « en tant que joueur de tennis, j'approuve ce message ».

C'est Waterloo !! Il n'y a plus ni as ni roi dans le paquet de cartes exsangue. Et tandis que j'hésite à me jeter directement par la terrasse du CASINO BARRIERE dans la Garonne en crue sans même serrer la main de LIV, le croupier retourne alors la turn et la river, pour l'anecdote.

 

 

 

TURN :

10♦

 

Et c'est un PEDRO héroïque qui me retient in extremis par les bretelles au moment de mon plongeon.

 

 

RIVER

10♥

 

Car puisque la Queen a fait un flop, « it's a kind of magic » à la river.

 

 

BOARD :

Q♥10♠10♣10♥10♦

 

LIV est hébétée. Elle vient de se prendre le runner-runner auquel plus personne ne faisait attention. PATRIK ANTONIUS est éliminé, puisque je le couvre et que PEDRO et moi avons les nuts avec notre carré de 10 et notre kicker AS ! Beau perdant malgré tout, PATRIK se dirige vers le bar, commande un Monaco et entonne la célèbre chanson de Nougaro avec son improbable accent finlandais « oh mon pais, how to lose, how to looooose. »

 

 

Le poker est tout sauf un long fleuve tranquille. Il y aura deux ranking heroes en table finale du BPT Toulouse. Un(e) grand(e) cru(e) 2016 !

 

 

9 Commentaires Afficher tout

Merci. L'habit de fête, je le sortirai de nouveau du placard si je suis sélectionné...

bravo c'est mérité. Ramène un nouveau trophé maintenant.

excellent!!

a+ l'ami :)

 

Victoire au Stade de France dans le cadre du Challenge Finale de Coupe organisé par PMU Poker ! Et en plus le match PSG OM était sympa. Une journée à marquer d'une pierre blanche.

Beaucoup d'audace, de la bonne humeur à revendre et un zeste de chance ont suffi à séduire le Dieu du Poker afin qu'il me fasse ce superbe cadeau.

Un premier petit trophée. Espérons qu'il y en ait d'autres.

 

j'ai zlatané ce tournoi

4 Commentaires Afficher tout

On tâchera à présent de rentabiliser le package wptn Cannes offert par le PMU. Je me suis inscrit au jour 1A de jeudi 2 juin.

Trés bien ecrit et trés agréable à lire 

Merci, je me demande si ça a vraiment du sens, mais dans le doute, autant faire semblant de le croire...

Partager